Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2018 3 28 /02 /février /2018 15:03

Anne Lise m'a gentiment préparé un article pour présenter le livre de Philippe Jaenada, qui lui a beaucoup plu : La serpe

Ce livre (qui a obtenu le prix Femina 2017) n'est pas un "roman" mais plutôt une enquête sur un triple crime  qui a eu lieu dans le château d'Escoire en Dordogne.

"Quatre personnes étaient présentes dans le Château, la nuit du drame : un jeune homme à la vie chaotique, Henri Girard, 24 ans, son père, Georges, sa tante, Amélie et la domestique de la famille, Marie Soudeix. Au matin du 25 octobre, Henri Girard appelle les secours : son père, sa tante et la bonne sont retrouvés morts, sauvagement assassinés à coups de serpe (d'où le titre du roman). Un véritable carnage !..."

Henri Girard est dans un premier temps accusé de ce triple meurtre et emprisonné. Alors qu'il tente de clamer son innocence, il passe deux années en prison mais il est innocenté à la surprise générale, en 1943 lors de son procès, grâce à la plaidoirie brillante de son avocat Maurice Garçon.

La serpe

Henri Girard prendra à sa sortie de prison le nom de Georges Arnaud et deviendra célèbre lors de la parution de son roman "Le salaire de la peur". C'est ce roman qui sera adapté plus tard au cinéma par le réalisateur Henri-Georges Clouzot.

Le livre de Philippe Jaenada se décompose en 3 parties :
* la vie (assez dissolue) d'Henri Girard
* La période du "crime" (des jours qui le précède jusqu'au procès)
* L'enquête de l'auteur sur ce crime à partir des documents de l'époque, journaux, témoignages, tous les détails non retenus ou oubliés par les enquêteurs... jusqu'à la conclusion finale sur l'identité possible du ou de la coupable...

L'écriture est assez foisonnante, beaucoup de digressions, de parenthèses, de tirets. On s'y perd un peu mais c'est cela qui en fait le charme.
On y trouve de l'humour parfois (notamment sa reconstitution du crime si on considère qu’Henri Girard en est l'auteur...)
Et finalement, c'est un livre auquel on s'accroche parce que plus on avance plus on a envie de savoir qui a pu commettre un crime aussi abominable.

J'ajoute qu'en plus, dans la "Serpe", Philippe Jaenada fait un grand nombre d'allusions à son roman précédent "La petite femelle" ce qui donne vraiment envie de le lire aussi mais... ce livre n'est pas sur les rayons de notre bibliothèque ! Dommage....

Partager cet article
Repost0

commentaires

Rechercher

Catégories